Débat sur le TAFTA

Le 14 juin 2013, le Conseil de l’Union Européenne (chefs d’Etat et de gouvernement) a donné mandat à la Commission Européenne d’ouvrir des négociations avec les États-Unis en vue d’aboutir à un accord transatlantique pour créer le plus vaste marché du monde.

Plusieurs dénominations désignent ce projet de « grand marché transatlantique », qu’elles soient anglophones (TAFTA – Trans Atlantic Free Trade agreement ; TTIP – Transatlantic Trade and Investment Partnership) ou francophones (PTCI – Partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement).

Ce projet d’accord de libre-échange et d’investissement vise à libéraliser encore davantage les échanges commerciaux entre les États unis et l’Union européenne par trois biais :

  • le démantèlement des droits de douane

Déjà inférieurs à 3% pour beaucoup de secteurs, ces droits concernent aujourd’hui surtout les produits alimentaires, qui demeurent les plus taxés (12,8 % en moyenne). Une suppression des droits de douane sur ces produits entraînerait donc la disparition certaine de la paysannerie au profit de fermes usines comme celle des 1000 vaches.

  • les attaques contre les normes et les régulations

Le traité prévoit un Conseil de Coopération Réglementaire, dont la tâche consisterait à aplanir les normes existantes et à contrôler toutes les normes à venir édictées par les Etats signataires.
Cela concerne les réglementations sanitaires, les restrictions des investissements liées au droit du travail ou à la protection de l’environnement, les appellations géographiques protégées, la protection de la vie privée et des données personnelles en ligne.

  • les tribunaux d’arbitrage

Le traité prévoit la mise en place de « tribunaux d’arbitrage Investisseurs – Etat », devant lesquels les entreprises pourraient réclamer des dédommagements financiers de la part d’un État dont une nouvelle loi, ou une norme, seraient de nature à porter atteinte à aux profits actuels ou envisagés de l’entreprise contrariée. Ces « tribunaux » pourraient dès lors invalider des réglementations et infliger des amendes aux Etats concernés.

La soirée du 16 avril

Jeudi 16 avril à partir de 18 H
Salle des Fêtes
avenue de la République (à côté de la Mairie)
Saint Pierre des Corps

Le collectif Stop Tafta Touraine organise une journée, le 16 avril 2015 à la salle des fêtes de Saint Pierre des Corps, pour sensibiliser le public et présenter ce projet de traité.

Cette manifestation se déroulera en deux temps :
– à 18 H, des stands des associations participantes seront accessibles au public ;
– à 20 H, la soirée s’ouvrira par la projection de courts documentaires, suivie par la conférence de Frédéric VIALE, économiste membre du Conseil scientifique d’ATTAC.

L’entrée est libre ; boissons et restauration seront proposées sur place.

 

Frédéric VIALE, économiste, s’est spécialisé dans l’étude du TAFTA, sur lequel il a déjà animé plusieurs conférences.

Débat sur la Sécurité Sociale

Affiche secu

LA SECU : UN DROIT POUR TOI, POUR MOI, POUR NOUS. QUEL AVENIR ?

70 ans après sa création, la sécurité sociale est menacée dans ce qui constitue sa raison d’être : la solidarité devant les risques majeurs de l’existence. La Sécu est-elle devenue un puits sans fond où s’engloutissent les cotisations ? Sa mort est-elle programmée par l’Etat soumis aux marchés financiers ? A l’origine, son fonctionnement respectait son principe fondateur : « contribuer selon ses moyens et recevoir selon ses besoins ». L’Etat a rompu cette logique au profit des mutuelles et des assurances privées, tout en faisant le choix d’exonérer très largement le patronat de cotisations sociales. Comment répondre aux nouveaux besoins ?

Après la projection de courts-métrages, interventions d’Evelyne Vander-Heym, ancienne Directrice de l’hôpital « Les Bluets » et co-animatrice du Collectif national Protection sociale-santé du PCF/Front de Gauche, et d’André Grimaldi, ancien Professeur de médecine à la Pitié-Salpêtrière, puis débat.